Fermer la publicité

Quatre concerts à ne pas rater en décembre à Saint-Etienne, un feu d'artifice musical

Loire le 03 décembre 2016 - Florence Barnola - Musique - article lu 842 fois

Quatre concerts à ne pas rater en décembre à Saint-Etienne, un feu d'artifice musical
DR - Des concerts de Noël à Saint-Louis

Pendant que l'hiver entre à pas de loup dans les foyers ligériens, les fêtes et leur préparation s'accompagnent de rendez-vous musicaux. La période de Noël est l'occasion de découvrir (ou d'entendre à nouveau) un riche répertoire. Petit tour d'horizon non exhaustif à Saint-Etienne et son agglomération.

Ambiance scandinave et nordique à l’opéra de Saint-Étienne

Le concert symphonique Impressions du Nord s’articule autour des compositeurs Jean Sibelius (Finlande), Edvard Grieg (Norvège), mais également Claude Debussy. Les répertoires choisis évoquent « des impressions poétiques » : Les Océanides de Sibelius dédiée aux esprits marins de la mythologie grecque, les trois préludes de Debussy (Des pas sur la neige, Voiles, La Cathédrale Engloutie),  le Concerto pour piano de Grieg ainsi que son Peer Gynt (suites) qui narre l’épopée du héros scandinave.
Jean-Yves Ossonce dirige l'Osel (Orchestre symphonique Saint-Étienne Loire), avec au piano Anastasia Voltchok. Le chef invité racontera une Histoires de maestro, à savoir il contextualisera le concert, une heure avant la représentation.
Impressions du Nord le 6 décembre à 20 H au Grand Théâtre Massenet de l’Opéra de Saint-Étienne.

En Avent, l'orgue

L’association stéphanoise Renaissance de l’orgue de Saint-Louis (AROSL) invite à entendre quatre concerts donnés dans l’église Saint-Louis. Le 11, l’ensemble Canticum Novum (voix et d’instruments anciens) dirigé par Emmanuel Bardon interprète Laudario, un concert composé notamment d’extraits du recueil italien du XIIIe siècle, le Laudario di Cortona écrit par des anonymes.
Le 12, les solistes, le chœur et l’orchestre du conservatoire Massenet à Saint-Étienne donnent deux cantates de Noël : La Cantate BWV 40 de Jean-Sébastien Bach et la Cantate de Noël d’Arthur Honegger (1963), pour baryton solo, voix d’enfants, chœur mixte, orgue et orchestre. Eric Varion assurera la direction musicale.
Le 16, l’ensemble vocal et instrumental Unacorda, dirigé par Alexis Gipoulou, interprétera le Concerto pour la nuit de Noël d'Arcangelo Corelli, la Messe de Minuit de Marc-Antoine Charpentier ainsi que des œuvres de Bach.
Le 17, l’ensemble Sinfonietta dirigé par Yannick Berne donne un concert de Noël autour du répertoire de Michel Corrette, Vivaldi, ainsi que de la Cantate de l’Avent BWV 61 de Bach.
Ces quatre concerts sont en accès libre du 11 au 17 décembre à l’église Saint-Louis : Laudario par le Canticum Novum, le dimanche 11 décembre à 16 h ; les cantates de Noël de Bach et de Honegger par les solistes, le chœur et l’orchestre du conservatoire Massenet à Saint-Étienne le lundi 12 décembre à 20 h ; l’ensemble Unacorda le vendredi 16 décembre à 20 h ; l’ensemble Sinfonietta le samedi 17 décembre à 15 h.

Dub Inc, le reggae à la mode stéphanoise

Le groupe de reggae français le plus connu et apprécié du moment est né à Saint-Étienne à la fin des années 1990. La Dub Incorporation s’est depuis exportée dans plus de 40 pays et doit notamment son succès à la qualité de ses prestations scéniques et la sincérité de son engagement (politique, humain, sociétal). Un film documentaire, Rude Boy Story de Kamir Meridja montre notamment l‘engouement que le groupe suscite et l’estime des grands noms du genre (Tiken Jah Fakoly, David Hinds, Tarrus Riley...) à son endroit. Aujourd’hui la formation a six albums à son actif, So What est sorti en septembre dernier.

Les sept musiciens et chanteurs se produisent au Zénith le 17 décembre à 20 h.

Dans la peau de Georges Brassens

Alexis HK a conçu un spectacle hommage à Georges Brassens intitulé Georges et moi dans lequel se mêlent théâtre et musique. François Morel a par ailleurs collaboré à la création en donnant son regard de comédien et de metteur en scène. Le musicien-chanteur, accompagné de Simon Mary à la contrebasse et de Loïc Molineri à la guitare, interprète des classiques comme La femme d'Hector, Les trompettes de la renommée, ainsi que des morceaux moins renommés mais tout aussi caustiques comme La religieuse, ou La fessée. Entre les morceaux, Alexis HK disserte avec le public en s’inscrivant dans la lignée de Brassens, il aborde différents sujets qui vont des femmes, aux cons, en passant par les vieux et la société d'aujourd'hui.
Georges et moi, les 13 et 14 décembre à 20 h au Théâtre du Parc à Andrézieux-Bouthéon.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide